Bandeau
Ensemble à Gauche au Chesnay
Slogan du site
Descriptif du site
ECHOS DU CONSEIL du 05 juillet 2018
Article mis en ligne le 14 juillet 2018

par Claude MEUNIER , Claire MOURIER
logo imprimer

Le conseil de fin de semestre, au moment de l’été juste avant le départ en vacances permet de boucler des dossiers techniques dans la perspective de la rentrée, notamment des mises à jour tarifaires, des questions relatives à la gestion du personnel et à l’organisation des services.

Le premier point était consacré à la convention de mutualisation visant à mettre en place les premières coopérations entre les villes du Chesnay et de Rocquencourt. Soulignons qu’en fait de mutualisation, il s’agit d’échanges de services, de prêt de personnel, l’essentiel résidant dans la réalisation d’une cuisine centrale commune dans les locaux existants de Rocquencourt. Cette mesure permet à la ville du Chesnay d’économiser les travaux précédemment votés pour la remise aux normes de la cuisine située dans les locaux du foyer logement des chênes verts. La collaboration s’effectuera à la rentrée pour les activités péri scolaires dans une formule d’entraide….. Les membres du conseil seront conviés à des réunions collaboratives pour l’élaboration du projet de fusion qui sera soumis au préfet en octobre 2018.

S’agissant de la politique en faveur de la petite enfance et, constant une baisse de fréquentation de ce service, notamment en crèche familiale, il est décidé d’ouvrir des places aux communes voisines. Nous pensons ici encore qu’une gestion intercommunale permettrait de mieux s’adapter aux mouvements. Parfois on écarte l’intercommunalité, parfois on en a besoin….. Souvent Maire varie !

Plusieurs décisions tarifaires et d’organisation dans les domaines loisirs et jeunesse, associations, accès aux services de la bibliothèque, de la ludothèque. L’occasion pour notre groupe de revenir sur la complexité inutile de la tarification de certains services ainsi que sur des augmentations tarifaires brutales comme celles de la ludothèque qui augmentent de 50% après une stagnation de 10 ans.

Plusieurs mesure techniques sur lesquelles le conseil a été invité à voter a permis de constater encore que les actions mutualisées s’organisent selon une géographie incompréhensible, certaines fois en commun avec Versailles et Versailles Grand Parc, pour d’autres avec Rocquencourt, pour d’autres encore avec La Celle Saint Cloud.

Elles bénéficient par ailleurs depuis peu de temps de la généreuse participation du département qui veut certainement montrer son utilité et la mansuétude de son président. Cependant, là encore, les critères échappent à toute logique et relèvent du fait du prince. Aussi nous interrogeons nous sur les contreparties escomptées à l’approche des échéances électorales et alors que le projet de fusion avec le département des Hauts de Seine a dû être abandonné.

En réponse à la question écrite d’un groupe d’opposition sur l’organisation d’une session de formation au bénéfice de 16 agents de la ville dans une propriété du maire Philippe Brillault, ce dernier a confirmé les faits et a souligné que cette formation accompagnait une réorganisation de service. Il a cependant accompagné sa réponse de menaces envers le groupe qui l’interpellait et envers les « sources municipales » supposées à l’origine de la fuite. Découvrant ces faits, il nous apparait en effet que cette initiative de formation dans les conditions décrites produit une confusion, une fois de plus, entre des affaires publiques et des affaires privées.

Le conseil s’est achevé sur une communication à destination de l’assistance et de la presse sur le dossier autolib, le maire ayant le projet de porter plainte dans le cadre d’une action de groupe des maires d’Ile de France membres du syndicat (98 communes). Il est reproché à la ville de Paris d’avoir dénoncé la délégation de service public sans associer les communes concernées, conduisant à la spoliation des adhérents. Il est envisagé d’attaquer la ville de Paris sur la gouvernance entrainant pour les communes concernées le paiement de sommes importantes dues à la société Bolloré et l’absence de solution pour les stations réalisées dans le cadre du projet.


Forum
Répondre à cet article
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2002-2018 © Ensemble à Gauche au Chesnay - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.49